L'IA, Cloud, Big Data : Tendantes ou réalités pour les ERP

Julien December 2017

Intelligence artificielle, Big Data, machine learning, cloud... autant de tendances actuelles dans l'IT, qui se retrouvent aussi dans le monde des ERP. Mais les PME sont-elles réellement concernées, et à quel horizon ?

Intelligence artificielle 

Tous les grands éditeurs d'ERP y vont désormais de leur module d'Intelligence Artificielle (IA), une technologie déjà ancienne (née dans les années 50) mais qui bénéficie actuellement, d'un environnement favorable à son développement et d'investissements importants de la part des grands acteurs de l'IT. En outre, les systèmes d'IA sont largement médiatisés. 
Mais, l'IA pour quoi faire au juste ? 

En fait, à l'instar du bourgeois gentilhomme de Molière, nous faisons tous déjà un peu d'IA sans le savoir : lorsque nous passons une frontière avec le système Parafe, par exemple, la reconnaissance faciale utilisée est une application de l'IA. Lorsque nous utilisons l'assistant personnel de Facebook, ce système auto-apprenant met l'IA à profit, ou encore le Knowledge Graph de Google, qui utilise la sémantique pour produire des résultats structurés (partie droite de l'écran lorsqu'on fait une recherche).

Plus proches de nous, les applications intégrées dans les solutions ERP, la plus "classique" étant l'agent conversationnel ou chatbot, que nombre d'éditeurs intègrent aussi désormais, dans leur offre. Mais l'IA est aussi capable  d'explorer les données et d'utiliser le machine learning pour améliorer des processus comme la gestion de stocks, les transports ou la maintenance prédictive. Ces dernières applications ne sont pas encore traduites dans la réalité pour de nombreux éditeurs, mais il faut se préparer à les voir arriver et par là même, se poser la question de leur utilité dans son cas particulier.

Le cloud, mythe ou réalité ?

Autre grand sujet du moment : le cloud. En fait il n'y a pas UN cloud, mais DES cloud. Public, privé, hybride, "multi-tenant" ou "mono-tenant" etc… sont autant de déclinaisons de ce mode d'utilisation de l'IT, et chaque éditeur propose sa propre formule, pour que chaque entreprise trouve chaussure à son pied. Ou pas.

En effet, si le cloud est tentant et adopté largement – et de plus en plus – dans de nombreux domaines fonctionnels, il semble que les utilisateurs d'ERP n'y adhèrent pas encore massivement, comme le montre par exemple, année après année, la grande enquête menée par le CXP auprès des utilisateurs d'ERP : en 2017 encore, l'adoption des ERP en mode cloud a connu une légère progression, à 17 % (mode cloud/SaaS ou hébergement dédié), contre 15 % en 2016 et 12 % en 2015, mais jamais vraiment de bond en avant.

Qu'est-ce qui explique ce décalage par rapport, à des applications de CRM ou de RH, par exemple ? Les raisons sont nombreuses. Parmi celles-ci des freins psychologiques, d'autres plus étayées par des raisons technologiques. Et encore. Comment penser que des sauvegardes locales "artisanales" sont plus efficaces que celles d'un prestataire cloud, qui les fait souvent plusieurs fois par jour et teste régulièrement des PRA (Plan de Reprise d'Activité) ?

Mais l'entreprise ne souhaite souvent pas externaliser les données de son ERP, qu'elle considère à juste titre comme son cœur de métier et bien mieux protégées entre ses murs que chez n'importe quel professionnel de l'hébergement. Et c'est particulièrement vrai dans le monde de l'industrie.

Autre raison à cette adoption très lente du cloud : la longévité des installations ERP. Selon l'étude citée plus haut, 17,5 % des installations datent d'avant 2000 et 52 % d'avant 2009. Seules 4 % des installations ont été mises en place au cours des deux dernières années. Difficile de migrer un ERP vieillissant vers le cloud, d'autant qu'il n'a pas été conçu pour cela. Ces migrations se font donc le plus souvent à la faveur d'un changement de système, changement qui est d'autant plus rare que la longévité est importante.

Au final, il est important de se souvenir que les technologies de l'information viennent en support aux besoins métiers et non l'inverse. À bien analyser le comportement des entreprises, il semble que celles-ci ne s'y trompent pas. Et c'est tant mieux ainsi.

Choix ERP Guide

Articles related

Articles qui pourraient vous intéresser