Étude : La cybersécurité préoccupation des entreprises en 2019 - Partie 2

Fabiani Avril 2019

Suite de notre enquête* menée en partenariat avec le cabinet d’études Infopro Digital auprès des entreprises françaises sur les enjeux, les pratiques et les tendances en matière de cybersécurité. Dans cet article, nous évoquerons plus particulièrement la perception et les choix d’investissements des industriels dans le Cloud. Près de 20 ans après son émergence, cette technologie n’en est plus aux balbutiements et commence à étendre son emprise au-delà de son application en mode SaaS (Software as a Service) via deux nouveaux modèles l’IaaS (Infrastructure as a Service) et le PaaS (Platform as a Service). Perçu à l’origine comme une menace, par méconnaissance ou par crainte d’une perte de contrôle, de possession, le Cloud est aujourd’hui un modèle économique et stratégique tourné vers l’innovation et l’ouverture… et pourtant les entreprises sont encore réticentes à externaliser leurs services.

Cyber sécurité

Les entreprises françaises encore frileuses à investir dans le Cloud

À la question « Avez-vous déjà investi dans des solutions hébergées dans le Cloud au cours des 12 derniers mois ? », on constate que les entreprises sont encore très divisées puisque seulement 48 % des dirigeants interrogés répondent « Oui ». Ce chiffre est légèrement supérieur pour les ETI et Grandes Entreprises puisqu’il se situe autour des 58 % contre 40 % pour les TPE et PME.

Parmi les solutions présentes dans le Cloud, 47 % de celles-ci sont hébergées dans un Cloud privé, 12 % dans un Cloud public, 23 % en mode hybride (les deux à la fois) et 19 % des interrogés ont avoués ne pas être en mesure de le dire… Suivant la taille de l’organisation, les réponses divergent puisque les TPE et PME privilégient le Cloud privé à 56 % contre 38 % pour les ETI et Grandes Entreprises qui choisissent plus volontiers l’hébergement hybride (34 %).

Les applications les plus hébergées dans le Cloud ou en cours de migration sont sans conteste la messagerie Internet (54 %), le site web de l’entreprise (52 %) et les solutions de Paie/RH (41 %). Pour les applications plus complexes, voire sensibles au regard des données qu’elles recèlent : CRM, ERP, Comptabilité/finances, solutions métiers (CAO, PAO, WMS, PLM…), le cap n’est pas encore franchit puisqu’elles oscillent autour des 30 %. Pour nuancer ces chiffres, il est notable de souligner que certaines de ces applications ne sont pas encore « prêtes ou disponibles » dans le Cloud bien que les éditeurs s’efforcent de proposer ce type d’hébergement d’avenir, couplé à une offre SaaS…

Quid des avantages/intérêts du Cloud ?

Pourtant le CRM et l’ERP sont des solutions particulièrement pressenties pour se tourner vers un hébergement Cloud qui leur offre de nombreux avantages : haute disponibilité, mobilité, interopérabilité…

Sylob a amorcé un virage technologique, il y a 10 ans, en choisissant de développer sa gamme de produits sur des technologies full web, puis sur une architecture en conteneurs sur « Docker », naturellement orientées vers le Cloud et la mobilité.

« L’ERP doit dès aujourd’hui adopter une architecture souple, lui permettant de s’adapter à la flexibilité du nouvel outil de production qu’est l’usine “intelligente”. Et il doit lui aussi se doter de mécanismes d’intelligence, afin de supporter l’activité de l’entreprise. Pour cela, l’ultra-disponibilité des ressources offertes par les services de Cloud public doit être mise à profit.

L’ERP demeure la clé de voûte du système d’information, jouant le rôle de catalyseur de l’ensemble des outils numériques d’une entreprise industrielle. Les logiciels conçus et mis en œuvre par SYLOB ont été pensés dans cet esprit, afin d’assurer la continuité numérique avec la réalité physique des ateliers de production et permettre à l’utilisateur de déployer tout le potentiel de valeur que représentent les données de l’entreprise. Leur exactitude, en temps réel, peut se révéler capitale pour les prises de décisions du quotidien. L’ERP doit donc être mobile et accompagner les utilisateurs à leur poste de travail, qu’il s’agisse d’un poste de soudure, d’un tour numérique, d’un véhicule commercial ou encore d’un site client, pour intervenir en SAV sur du matériel défectueux.

Dans ce contexte, SYLOB a lancé en janvier 2019 une version de sa solution sur des environnements de Cloud public afin de tirer le meilleur parti de ces technologies. Et ce n’est pas l’unique défi à relever, puisqu’il faut également penser l’interopérabilité - à défaut de les intégrer tous - de l’ERP avec l’ensemble des outils du système d’information : les plateformes de CAO, DAO, FAO, les outils d’atelier MES, stockeurs, machines et les outils des services support (marketing, documents…). »

Benoit WAMBERGUE, Directeur Produit

Malgré un développement de l’offre Cloud et des arguments aujourd’hui éprouvés et convaincants en terme de sécurité et de performance, le monde de l’industrie reste fébrile et peu convaincu par l’argument sécuritaire. En effet, seulement 36 % des interrogés pensent qu’une solution Cloud offre une meilleure protection qu’une infrastructure gérée en interne.

Les principaux avantages d’une application dans le Cloud reconnus par les répondants sont : une sauvegarde des données à 43 %, un accès et un système d’authentification mieux protégés à 34 %, des ressources davantage expertes à 31 %, la possibilité de mettre à jour ses outils à 26 % et une meilleure connaissance des architectures et des réseaux à 13 %. Notons une fois de plus qu’un quart des répondants ne se prononcent pas ou ne sont pas en mesure de déterminer précisément quels avantages offre le Cloud !

Cloud computing

SYLOB 5 : un ERP 100 % Cloud

Sylob a choisi d’embarquer sa nouvelle offre sur AWS (Amazon Web Services) qui est l’un des leaders mondiaux sur le sujet.

L’architecture du produit a été refondue et fonctionne sur la technologie « Docker », qui est sans doute la technologie qui a révolutionné l’informatique de ces dernières années et permis le déploiement aussi rapide du Cloud.

Les clients qui choisiront cette nouvelle offre vont gagner en disponibilité de l’application, en sécurité et en souplesse. En disponibilité parce que le logiciel est opérationnel en permanence de manière complètement autonome. En cas de d’échec ou de coupure de service, la dernière sauvegarde est disponible immédiatement dans l’état juste avant le crash, et pas avec les données de la veille par exemple. En sécurité, parce que nos solutions bénéficieront de l’infrastructure et des certifications d’AWS en termes de sécurité et d’authentification

Enfin, cette nouvelle architecture permettra aux clients de tester plus facilement les développements spécifiques et les nouvelles versions des produits. Si une mise à jour se passe mal, l’état précédent fonctionnel du logiciel pourra être régénéré sans délai.

Mais l’argument décisif reste celui de la pérennité. À l’heure de la digitalisation des usines, il est indispensable que le système d’information de l’entreprise et plus particulièrement l’ERP, qui est au cœur de ce système puisse fonctionner dans 10 ans.

La capacité de nos équipes R&D va être augmentée grâce aux services disponibles sur AWS. Si un client le souhaite nous pourrons lui mettre à disposition une brique IOT, une brique Intelligence Artificielle branchée sur son ERP.

En savoir plus sur Sylob 5 : notre logiciel ERP 100 % Cloud

A l’heure du Cloud, de nouveaux enjeux se profilent

Bien qu’encore limité en France, l’usage du Cloud n’est plus optionnel pour les entreprises en marchent vers leur transformation numérique. Suivant une étude publiée par CenturyLink et Statista : Les entreprises qui tirent avantage des services Cloud rencontrent un rythme de croissance 19,6% plus rapide que les autres. En outre, 57% des entreprises européennes perçoivent les services Cloud comme  « très importants  » pour la transformation numérique. D’ici 2020, les services Cloud pourraient générer 20,4 milliards de dollars en Allemagne uniquement. En France et en Allemagne, de nombreuses opportunités de croissance se présentent puisque le taux d’adoption est très bas : seuls 11 à 12% des entreprises utilisent des services Cloud. Source : lebigdata.fr

Toutefois, de nouveaux enjeux politiques viennent alimenter les anciennes craintes déjà abondantes (coût, sécurité, dépossession, dépendance…) notamment le RGPD et plus récemment le Cloud Act et le Patriot Act. Pour pallier à ces lois, les acteurs du marché redoublent d’astuces avec la création d’entités juridiques françaises, des possibilités d’hébergement sur le sol européen ou encore via le chiffrement des données.

 

* Étude menée fin 2018 auprès des décideurs du monde industriel (Direction générale, DSI, Direction technique, Direction de la stratégie digitale…), toutes tailles (TPE, PME, ETI et GE) et tous secteurs confondus (service à l’industrie,  énergie, métallurgie, électronique, automobile, aéronautique, chimie, agroalimentaire…).

 

> Lire également l'article Étude : La cybersécurité préoccupation des entreprises en 2019 - Partie 1